Share

Interpellation de Kalev : récit d’une journée pas comme les autres pour l’ancien patron de l’ANR

Share this:

Mercredi 12 février 2020. Il est 13 heures à Kinshasa. Sur le tarmac de l’aéroport international de N’djili, un régulier d’Ethiopian se pose. A bord de l’avion qui provient de Kampala, via d’Addis-Abeba, a embarqué, en première classe, un passager VIP. Oui, il a en sa possession un passeport diplomatique, réservé aux dignitaires de la République. Kalev Mutond ne se doute encore de rien. Au salon diplomatique où on le connait aussi bien qu’on le respecte, en tout cas on le craint, l’ancien patron de l’ANR (Agence Nationale de Renseignement) se voit interpellé, avec courtoisie, par un agent « zélé » de la Direction Générale des migrations : « veuillez attendre Monsieur ».

Comment peut-il oser ? S’était-il demandé, sans doute. En 18 ans de pouvoir Kabila, Kalev Mutond était l’incarnation de la répression et la torture. Il est cité dans plusieurs rapports des organisations des droits humains. Plus que Hannibal dans la Rome antique, Kalev faisait tellement peur que d’aucuns pensaient qu’il était le diable en personne. Quoi de plus normal, l’homme n’a même pas un prénom chrétien connu.

En pareille circonstance sous Kabila, avec la fatigue du voyage, oser poser une question à Kalev, était commettre un crime de lèse-majesté, un sacrilège, un blasphème. La sanction ? Au mieux la torture (oui, l’homme en a le talent : Jean-Claude Muyambo, Gérard Mulumba, Vano Kiboko et autres ont, durant leurs séjours à l’ANR, gouté à sa sauce : elle est amère, très amère) et au pire, la mort. D’ailleurs, apprend-t-on, ses voyages n’étaient pas souvent consignés.

Ainsi mis à l’écart, la DGM contacte l’ANR. Le Ministre de l’intérieur, Gilbert Kankonde, reçoit un coup de fil : « faites votre travail », aurait-il déclaré. Kalev est embarqué dans une Jeep pour la direction Général de l’ANR, commune de la Gombe.

Il a ses deux téléphones en mains et communique, durant le voyage, avec ses proches, dont Joseph Kabila en premier.
Du coup, Kingakati téléphone à Félix Tshisekedi sans succès. Panique chez Joseph Kabila : « Quoi ? À quoi il (Félix Tshisekedi) joue… » ?, Lâche un proche dans le cercle restreint de l’ancien chef de l’Etat…

Félix Tshisekedi est occupé, il reçoit Peter Pham, l’envoyé spécial des Etats Unis dans la région de Grand Lac qui s’est accompagné d’une délégation de « General Electric », une multinationale américaine qui vient signer un juteux contrat d’1 milliard de dollars.

#Congomp4 #Musiquecongolais #musique #congolais #rumbacongolais #papawemba #fallyipupa #ferregola #CongoMusic#fallyipupa#worshipfever#k2a#k2atv#k#congomikili#teletshangu#congoavenir#bone#felix#tshisekedi#tshilombo#antoine#martin#fayulu#adolphe#muzito#fcc#udps#cach#bokototv#

Leave a Comment