Share

Tshisekedi-Kabila : qui va couler l’autre ?

Share this:

Situation ubuesque, dirait-on, entre le FCC et le CACH, la locomotive qui conduit le train RDC depuis janvier 2019. Tout le monde épie tout le monde. On se surveille en permanence. Démonstration : un jour, le chef de l’État instruit l’Inspecteur des Finances de diligenter des audits sur la gestion des deniers publics en relation avec l’exécution du “Programme des travaux d’urgence de 100 jours”. Le jour d’après, le gouvernement, en embuscade, ordonne au Parquet général près la Cour d’appel de Kinshasa/Matete d’ouvrir des enquêtes auprès des ministères et des entreprises impliqués dans la gestion et l’exécution du projet présidentiel.

Au total : deux missions pour une même cause. Peut-on parler de cohésion au sommet de l’État ? En tout cas, s’il faut cacher ou découvrir des cadavres dans les placards d’un allié de circonstance, ceux du FCC, par rapport au CACH, constitueraient une haute montagne après 18 ans de prédation. D’où la question : « entre Tshisekedi et Kabila, qui va couler l’autre » ?
La polémique enfle autour du coût réel des travaux du “programme des 100 jours”
Chaque jour qui passe, la polémique enfle autour du coût réel des travaux de construction entrepris dans le cadre du “Programme des 100 jours” initié par président de la République. Génératrice de ce climat de suspicion est la lenteur observée dans la construction, principalement, des travaux des sauts-demouton à travers la ville de Kinshasa.

Le week-end qui a précédé le 33ème sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine à Addis Abeba (Éthiopie), un caucus de députés nationaux élus de Kinshasa, sous la bannière de la commission Infrastructures de l’Assemblée nationale, est descendu sur différents sites pour évaluer le niveau d’exécution des travaux de ces ouvrages. Cette « inspection » a été suivie par le coup de gueule de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), le parti présidentiel, qui a évalué le niveau d’exécution de ces travaux à 30% à peine.

Le président de la République s’est offusqué de l’information reçue. Au cours du Conseil des ministres du vendredi 7 février 2020, la question a été inscrite à l’ordre du jour. Après débats et délibérations, le Conseil a décidé de diligenter des audits afin de faire toute la lumière autour de l’exécution du Programme d’urgence. C’est ainsi que, avant de se rendre à AddisAbeba, le chef de l’État a reçu l’inspecteur général des Finances.

#Congomp4 #Musiquecongolais #musique #congolais #rumbacongolais #papawemba #fallyipupa #ferregola #CongoMusic#fallyipupa#worshipfever#k2a#k2atv#k#congomikili#teletshangu#congoavenir#bone#felix#tshisekedi#tshilombo#antoine#martin#fayulu#adolphe#muzito#fcc#udps#cach#bokototv#

Leave a Comment