Share

RDC: l’ASBL “Le Congo n’est pas à vendre” demande au gouvernement d’annuler le protocole de cess

Share this:

La campagne “Le Congo n’est pas à vendre” (CNPAV) appelle à l’annulation du protocole cadre de cession des actifs du terril de Lubumbashi signé au mois de décembre dernier avec Albert Yuma, président de la Société congolaise pour le Traitement de Terril de Lubumbashi (STL).

À travers un communiqué parvenu à 7SUR7.CD, mercredi 15 avril 2020, cette structure regroupant des organisations de la société civile œuvrant dans le secteur minier fait savoir que la démarche visant à faire de STL une filiale de la GECAMINES “peut paraître normale sur le plan légal”.

Cependant, elle soulève quelques inquiétudes “légitimes” entre autres, “le caractère secret de cette importante opération sans que les travailleurs n’en aient été informés et sans aucune communication publique, ainsi que l’opportunité d’une telle opération au moment où le pays attend la nomination de nouveaux mandataires publics et qu’Albert Yuma fait l’objet d’une procédure d’enquête pour des faits liés à sa gestion des fonds de la GECAMINES”.

Pour la campagne “Le Congo n’est pas à vendre”, cette opération ressemble à celle de la Mine de Luiswishi devenue une prop

Leave a Comment